Culture – « Le pédonazi »

Culture - pedonazi

Qui n’a jamais entendu parler du « Pédonazi » ? Ce barbarisme est devenu en quelques années et ce, grâce à internet, un argument d’autorité. En effet, il est la contraction de deux mots qui a eux seuls font hérisser les poils des :

  • parents / frères / soeurs | pour « pédo » ,
  • et démocrates (au sens étymologique du mot, c’est à dire demos = peuple et cratos = pouvoir) | pour « nazi » .

Quand on y réfléchit d’un peu plus près, on s’aperçoit vite qu’avec le terme de « pédonazi » on arrive à toucher tout le monde via le conscient ou le subconscient (et dire que je n’ai pas fait de cours de psycho et que j’ai une piètre opinion des psychologues) !

  • Qui ne s’est jamais enorgueillit d’être contre les dictatures, de vouloir la paix dans le monde et l’égalité des peuples ? Ou tout simplement, qui ne s’est jamais insurgé face à la violence gratuite, un coup de couteau, un crime « racial » ?
  • Qui ne s’est jamais dit lorsqu’un fait divers pédophile fait la une du 20 heures que si ça lui arrivait, il vaudrait mieux que ce soit la justice qui attrape le malfaiteur sinon… ? (et quand je pense qu’à l’époque où j’écrivais ces lignes le drame d’Agnès n’avait pas encore eu lieu).

Bref, vous l’aurez compris, le « pédonazi » regroupe à lui seul tous les maux et vices de la société…

1) Le pédonazi : « l’enfant de putain » qu’on ne voudrait avoir pour voisin

Le « pédonazi » a vraiment tous les maux de la Terre que l’on nous rabâche le soir au journal télévisé (pour celles et ceux qui le regardent encore).

En fait, comparé aux DC Comics ou aux Marvels, il est le « Super Vilain » par excellence, une sorte d’enfant de putain qu’on a qu’une seule envie, c’est de le voir broyer par une presse hydraulique (un peu comme dans Terminator), tout doucement (je reviendrai plus tard sur ce sentiment ‘primaire‘).

Mais comme tout bon « Super Vilain » qui se respecte, le « pédonazi » sait rester discret. Il est le mal rampant qui se cache ici, là, tout près de chez vous. Si ça se trouve c’est votre voisin de palier.

Et oui, le « pédonazi » a cette capacité d’arriver à se glisser dans la populace. Il est monsieur ‘tout le Monde’. En fait il est « [notre] bulbe rachidien et sans [lui, nous] ne pourrions pas réguler [notre] rythme cardiaque ni [notre] tension ni [notre] respiration » .

2) Le pédonazi : le parfait bouc-émissaire

Avec le temps, le « pédonazi » est devenu le parfait bouc émissaire, il est devenu « l’argument d’autorité » par excellence ! Qui donc pourrait s’insurger contre une mesure destinée à nous protéger d’un « pédonazi » ! Et c’est alors qu’on pourrait se demander comment il en est arrivé à un tel statut !

Qu’est ce qui peut bien expliquer quand l’espace d’une décennie, les faits divers liés à des actes de violences (que ce soit ceux d’une frange extrémiste de la population que d’une bande de détraqués) fassent que nous en sommes arrivés là !

Pour cela, il convient de voir les réactions qu’un « pédonazi » peut susciter à lui tout seul aujourd’hui, à l’heure où l’instantané prévaut sur le temps de la réflexion.

C’est assez incroyable de voir toute la haine que l’on peut déverser sur lui. Il est l’emblème du « Mal » ! En fait, je dirai qu’il est son porte étendard. Car si les faits divers s’enchaînent, le « pédonazi » reste le parfait bouc-émissaire.

3) Le pédonazi : un très bon argument démagogique

En fait, avec le « pédonazi » on arriverait presque à croire qu’en arrivant à l’éliminer (façon de parler), tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes. Mais c’est là être bien Candide et croire naïvement que tous les problèmes seront réglés d’un coup d’un trait, car comme je le dis plus haut, un « pédonazi » en chasse un autre…

Cela me fait penser aux exécutions publiques ou encore aux jeux du cirque ! Du moment que le peuple a du pain et des jeux , ça suffit à son bonheur et on attend avec impatience les prochains jeux, le prochain déversoir de haine.

Et c’est bien là que c’est malheureux… Car comme je le disais plus haut, le « pédonazi » est un « Super Vilain » et comme tout bon (ou mauvais, question d’angle) méchant qui se respecte il a des « Supers Pouvoirs » et celui dont il abuse le plus et avec force c’est la déraison.

Face à cet être ‘infâme’, face à ses crimes horribles, on laisse ce qui fait de nous des « Hommes », à savoir la « Raison« . On se laisse ainsi subjuguer par nos émotions qui prennent alors le pas sur notre faculté de réfléchir. C’est ce que j’appelle en fait le « sentiment primaire » ! On reste à l’état animal. et aussi paradoxal que cela puisse paraître, ce n’est pas être humaniste que de s’insurger de façon primaire face au « pédonazi » !

A l’heure actuelle, deux exemples d’actualités me viennent à l’esprit (et c’est parce que j’ai pas trop envie de me torturer l’esprit à aller en rechercher d’autres qui datent d’un peu plus longtemps) et montrent comment il est facile de s’enflammer (à savoir la vidéo pour le pacte 2012 et la tragique histoire d’Agnès) sur les réseaux sociaux.

4) Le pédonazi : l’arbre qui cache la forêt

Mais voilà… Tout comme l’enfer est pavé de bonnes intentions, stigmatiser le « pédonazi » ne sert en fait (malheureusement) pas à grand chose, bien au contraire. Sous le coup de l’émotion (et non de la raison), on prend des décisions à la vite vite, voir pire, on en profite pour en faire passer. La question reste à savoir qui est donc ce « on » qui prend des décisions !

Car si le « pédonazi » est l’ami du matraquage à la con, il permet de laissez passer des textes de lois et cela revient en fait à ouvrir la boîte de Pandore ! Dernièrement, c’est par la LOPPSI que le « pédonazi » a réussi à s’illustrer. En effet, pour lutter contre la pédophilie sur le net, il est désormais possible de bloquer un site sans passer par un jugement (et ce n’est pas moins de 1000 sites qui sont dans le collimateur).

Mais il s’agit là en fait que du début… Car en suivant ceci et en continuant à ouvrir la boîte on peut imaginer très facilement ce qui pourrait se passer dans les mois et années à venir !

  • Pourquoi donc ne pas installer des mouchards sur votre ordinateur pour s’assurer que vous n’allez pas sur un site pédophile ou nazi ?
  • Pourquoi refuser que vos documents soient filtrés et scannés afin de s’assurer que vous n’êtes pas en possession de documents illégaux ?

Wait…

Illégaux ? Mais on ne parlait pas seulement du « pédonazi » ?

Conclusion

Aujourd’hui le « pédonazi » est devenu l’argument ultime de toute discussion, une sorte de « point godwin » à lui tout seul ! Il permet d’avoir le dernier mot et d’empêcher tout débat, toute forme d’argumentaire.

Et c’est bien là que c’est malheureux car l’internaute ‘moyen’ ne se doute pas que le loup est près du bois et que petit à petit il grappille des parcelles de son espace de liberté. Il croit que c’est en diminuant son pré carré que le loup restera bien éloigné.

Et comme le disait si bien un honnête homme : « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. » !

[Images issues de cet article]

Pensez à noter cet article : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

———————————————————————————————————————————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *